Scientifique utilisant un microscope

Interview

Chantal

Responsable R&D - Affaires Réglementaires

Nous avons interviewé Chantal, Responsable R&D et des Affaires Réglementaires. Retour sur son expertise, et sa vision sur le secteur cosmétique en pleine mutation ces dernières années.

Pourriez-vous nous en dire plus sur votre quotidien, quelles sont vos missions sur une semaine par exemple ?

J'ai un rôle très transversal chez Prodifac. D'une part, je suis Responsable R&D, et je travaille conjointement avec mon assistante, sur l'aspect formulation cosmétiques. J'étudie les briefs clients, sélectionne les matières premières, prends contact avec les fournisseurs. Nous réalisons par la suite les essais paillasse, les présentations marketing et les cotations. 

Nous sommes également un point central de conseil technique et réglementaire, nous sommes du coup en échanges constants avec le service marketing, la direction et bien sûr, les clients.

D'autre part, je suis responsable des Affaires Réglementaires. Je suis donc au contact des prestataires, je suis aussi garante des échantillons pour les tests, de la réalisation des dossiers pour les tests ou évaluations de sécurité. J'effectue les déclaration : CPNP pour les cosmétiques, et toutes les autres déclarations réglementaires pour les biocides ou les produits classés dangereux​.

J'accompagne aussi les autres services afin de valider les étiquetages d'un point de vue réglementaire. 

"Ces prochaines années je pense qu'il faut miser sur des produits ayant une vraie valeur ajoutée qui apportent un plus au consommateur, des formules courtes, des ingrédients d’origine française ou européenne, une vraie conscience humaine pour le service rendu et pour la planète."

Avez-vous vu évoluer votre métier ces dernières années ? Notamment avec l’émergence de formules bio, naturelles ou simplifiées ?

OUI ! 

 

Le bio est clairement au coeur des tendances cosmétiques. Mais depuis environ 2 ans, nous passons un cap et allons de plus en plus vers des formules conformes aux applications consommateur (Yuka, Inci beauty).

 

D'autre part, je constate une réglementation qui va de plus en plus vite : les changements sont permanents, le nombre d’ingrédients interdits ou limités toujours plus important. D'où l'importance d'être en veille constante sur la Réglementation. 

Comment accompagnez-vous désormais les marques dans leurs transitions écologiques ? ou les nouvelles marques émergentes éco-responsables ?

Nous formulons les émulsions à froid, c'est un véritable gain d'énergie ! 

Aussi, nous utilisons des ingrédients plutôt d’origine végétale. Les marques et nous-mêmes avons également une grande appétence pour les ingrédients de proximité ou locaux, français par exemple, mais il faut composer avec les prix ciblés. Ce que je recommande généralement ce sont des formules simplifiées, pour miser sur des actifs efficaces, et éco-sourcés. En plus, cela permet de ne pas perdre le consommateur sur la composition produit et d'atteindre plus facilement les prix ciblés. 

Est-ce que la pandémie a bouleversé votre travail ?
Comment avez-vous vécu cette période ?

Nous avons passé un certain temps à ne faire quasiment que du gel hydro-alcoolique, et l'usine n'a pas fermé. C'était une période spéciale, mais nous avons su nous adapter.

Que conseilleriez-vous aux jeunes marques émergentes ?

Ces prochaines années je pense qu'il faut miser sur des produits ayant une vraie valeur ajoutée qui apportent un plus au consommateur, des formules courtes, des ingrédients d’origine française ou européenne, une vraie conscience humaine pour le service rendu et pour la planète.

Proposition Marketing (8).png